actualité

Publié Le 05 septembre 2018
event
Tourisme
Histoire d’une église fortifiée au cœur de la Thiérache Ardennaise Eglise Saint-Nicolas Signy-le-Petit
Signy-le-Petit Histoire d’une église fortifiée au cœur de la Thiérache Ardennaise, 16 septembre 2018 15:00-16 septembre 2018 19...
event
Culture
Exposition Art-Mistice
Vernissage de l'exposition

Les meilleurs écrivains en herbe de France sont à Signy-le-Petit

< Retour à toutes les actualités

event

Enfance et éducation

La classe de CE2 de l’école Jules Mouron a remporté un concours national d’écriture devant 991 autres classes. Les élèves ont brillé par leur inventivité et leur histoire sera publiée.
Publié 05 septembre 2018

Ils sont fiers ces jeunes ardennais et ils peuvent l’être. La classe de CE2 de l’école Jules-Mouron de Signy-le-Petit a remporté le concours Plumes en herbe, organisé par les éditions Nathan. Ils sont arrivés premiers sur 992 classes venues de France, de Suisse et de Belgique. Les élèves devaient imaginer la suite d’un roman et ont brillé par leur inventivité. «  Nous avons reçu les deux premiers chapitres d’un futur roman pour jeunes de l’auteur Emmanuel Trédez, il fallait inventer la suite, renseigne Katy de Almeida, leur enseignante. Bien sûr, il y avait des contraintes, comme un nombre de caractères imposé ou une trame à suivre. Par exemple, il fallait à un moment qu’une chose en papier vienne en aide au protagoniste.  »

«Je voulais que le dragon soit pompier, mais ça ne marchait pas. Quand il soufflait pour éteindre les incendies, il crachait encore plus de feu»

Evan, élève de CE2

Ainsi, sont nées Les aventures d’Harpagon le dragon qui n’était bon à rien. Evan, Maëline, Kérian, Céphora, Gwendoline, Kylian, Miléna, Timothé, Léa, Kimberly, Faustine et Maéva ont travaillé sur ce projet d’écriture collective d’octobre à mars durant les activités pédagogiques complémentaires (APC). Guidés par leur enseignante, les enfants ont fourmillé d’idées. Après s’être fait voler son trésor, Harpagon le dragon devait trouver un métier pour gagner de l’argent et les élèves étaient entre autres chargés de lui trouver une profession. Et ce dragon malchanceux a attisé la flamme de la créativité chez ces jeunes. «  Je voulais qu’il soit pompier, mais ça ne marchait pas. Quand il soufflait pour éteindre les incendies, il crachait encore plus de feu  », explique Evan. Miléna espérait que le monstre «  fasse du cirque et devienne clown  » et Faustine la passionnée d’équitation le voyait «  forgeron  ». Mais aucun de ces métiers ne convenait au dragon, trop maladroit. La fameuse chose en papier va alors lui venir en aide. Et c’est Kylian qui a trouvé ce qu’elle serait : «  J’ai pensé à un CV que le dragon plierait en forme de bateau avant de l’envoyer dans la mer  ». La suite : le CV va voguer pendant longtemps avant d’être trouvé par un emblématique personnage qui sera «  à l’origine de la fin inattendue de l’histoire  », précise le jury. Ces professionnels ont plébiscité le travail des douze jeunes Signaciens car ils ont « particulièrement apprécié le style dynamique de l’écriture ou encore les métiers inventifs  ». Summum de la gloire, leur histoire sera publiée à la fin du livre d’Emmanuel Trédez et les enfants sont ravis : «  On avait une chance sur 992 de gagner et on l’a fait !  ».


Par Jean-Godefroy Varoquaux jvaroquaux@lunion.fr |